« Qui es-tu, belle inconnue ? »

Sache tout d’abord, que tu n’es pas mal non plus.

Quand arrive l’heure d’écrire sur moi, ma vie, mon oeuvre, j’aime commencer en précisant que je suis née aux environs de l’heure du goûter. Je crois que cela me permet d’initier les choses avec légèreté, et de ne pas me prendre au sérieux, défaut largement constaté notamment dans les « bio » humblement écrites à la troisième personne du singulier. Il se trouve par ailleurs que je suis véritablement née aux environs de l’heure du goûter, j’aime alors penser que ce serait une explication rationnelle à mon amour profond et sincère pour le chocolat.

J’ai grandi à Montpellier, une ville ensoleillée aux accents chantants que je n’ai pas attrapés. Après un bac littéraire et bien des interrogations concernant la pertinence de donner des cours de philo à des jeunes de 17 ans, j’ai étudié la communication à Paris, où je me suis installée dès ma majorité. J’ai alors découvert « les métiers de la communication », vaste monde où tout va très vite et où aucun apprentissage ne peut alors avoir une durée de vie honorable. La manière de communiquer que l’on m’a enseignée à cette époque n’était déjà plus d’actualité une fois mes études terminées. Pour ces raisons, j’ai longtemps remis en question cet apprentissage-là qui a tout de même duré 4 ans, avant d’accepter que peu importe le degré de « fraîcheur » d’une formation, elle permet généralement d’acquérir quelques clés utiles à la jungle professionnelle à laquelle on se croit tous destinés.

La fin de mes études m’a menée en Espagne, afin d’y apprendre la langue et de découvrir pour la première fois en solitaire, une culture riche et intriguante, celle de l’Andalousie, à laquelle je reste profondément attachée près de 10 ans après. En 2010, j’ai rejoint une start up américaine du web implantée à Paris l’année précédente, d’abord comme rédactrice, puis comme planneuse stratégique, dont l’appellation un poil pompeuse m’a rendue très fière aux premiers instants. Après plus de 2 ans de dévotion dans cette start up devenue grosse entreprise entre temps, j’ai décidé de mettre les voiles, bien trop préoccupée par ce que je n’avais plus le temps de faire : vivre.

« Tu prends ton manteau, on s’en va. »

J’ai alors développé le projet Aller Voir Ailleurs Si J’y Suis qui m’a permis de renouer avec ces passions oubliées dans ma vie parisienne étouffante : la vidéo, la photo, et l’écriture. Pendant ces 10 mois de voyage autour du monde à travers 13 pays d’Amérique, d’Asie et d’Océanie, j’ai rencontré plus de 50 Français vivant au bout du monde, et réalisé 14 vidéos les présentant. La dernière, réalisée 6 mois après mon retour, a dépassé les 380.000 vues.
Depuis 2014, les rencontres et les opportunités m’ont fait m’installer à mon compte et m’ont bien évidemment amenée à continuer à voyager. Après l’Europe, je suis retournée plusieurs mois en Argentine, avant de m’envoler pour un séjour au Québec duquel je ne suis jamais rentrée. J’ai profité de l’ouverture d’esprit artistique et entrepreneuriale si précieuse des Québécois pour étudier à nouveau, à L’institut national de l’image et du son de Montréal ; d’abord en réalisation documentaire au printemps 2015, puis en médias interactifs de l’été 2015 à l’été 2016.

« Mais tu fais quoi, concrètement ? »

À cette légitime question, voici quelques éléments de réponse simple ; j’écris des choses. De toutes sortes. Et le plus excitant dans tout cela, c’est la forme que peuvent prendre toutes ces choses désormais posées sur papier ou délicatement notées sur mon écran d’ordinateur. Nouvelles, articles de blog, scénarios linéaires, scénarios moins linéaires, tout ce que j’écris un peu partout se destine aussi bien à de l’écrit traditionnel qu’à de l’interactif. En parallèle de tout cela, je continue à aiguiser mon oeil critique 2.0 en gérant des réseaux sociaux pour différents comptes. Comme l’un de mes projets interactifs conçu en 2016 le suggère, je suis excessivement fascinée par la place qu’a pris le numérique – et plus spécifiquement les réseaux sociaux – dans notre société et dans nos vies.

« Une idée est un météore » (Victor Hugo)

Mes inspirations sont assez surprenantes, je me surprends d’ailleurs régulièrement moi-même à ce sujet. Au cinéma, je suis capable d’apprécier l’univers troublant d’Almodóvar comme les scénarios atypiques de Kechiche. Dans une conversation, je suis à l’aise de caler subtilement une citation de Victor Hugo, suivie de très près d’une phrase mythique des Trois Frères (saurez-vous la trouver sur cette page ?). J’aime Pixar et les idiotes séries policières américaines, je joue à Monument Valley et à Candy Crush, j’écoute Francis Cabrel et Kavinsky. J’aime les contradictions et les oppositions. Mais ce que j’aime et ce qui m’inspire par-dessus tout, ce sont les gens, leurs petites histoires ordinaires et extra-ordinaires, les coutumes oubliées d’ici et les inconnues d’ailleurs, les habitudes et les quêtes perpétuelles, les expériences et les secrets de famille. Mes voyages sont bien plus qu’une inspiration, ils font partie de moi et de ma manière de concevoir la vie, ils colorent ce que j’entreprends et remettent en perspective, tout et sans cesse. Je suis inlassablement attirée par les identités fortes, les cultures insulaires et petites îles aux histoires mystérieuses, mais également par les grandes civilisations d’Amérique latine et par les traditions ancestrales de l’Himalaya.

Dit comme ça, on ne dirait pas, mais j’aime aussi et surtout les choses simples de la vie, qui, pour la Montpelliéraine que je suis, sont : l’apéro, le soleil, et la subtile odeur du barbecue. Voilà, les choses me semblent désormais mises au clair.

Ce que je fais dans la vie

Écriture

J’écris ici, mais aussi ailleurs. Mes thématiques de prédilection sont le voyage et les sujets de société. Mais je suis capable de parler de bien des choses. Pour le bien-être de tous, je m’évite cependant les sujets mode & beauté.

Photo & Vidéo

Je photographie comme je respire et je prends du plaisir à mettre en images ce que je ressens. Je suis également capable de faire des choses conventionnelles et institutionnelles si c’est demandé gentiment.

Gestion de réseaux sociaux

Je suis le genre de personnes à qui Twitter ne fait pas peur. Je n’irais pas jusqu’à vendre mon âme sur Instagram ou à afficher mon look sur Facebook, mais je suis capable d’y animer et fédérer des communautés. Et visiblement d’y faire de très belles rimes.

Conception & scénarisation multiplateforme

Je conçois des projets multiplateformes, du site web classique au webdocumentaire interactif, en passant par l’app. mobile ou tablette. Au-delà du simple divertissement, j’aime les projets qui ont du sens.

 

Petites choses de la vie

J’ai voyagé dans plus de 25 pays.

Apple m’a totalement eue.

J’aime le cinéma français.

Je ne crois pas au hasard.

 

Socialisons…